Roman à lire: « Opération Borodine, la 23-ème République »

Présentation: La création d’un Islam de France n’a pas renforcé la sécurité dans le pays, bien au contraire. Les actes de terrorisme, qui sévissent sur l’ensemble du territoire jusque dans les écoles, amènent le chef de l’État à nommer un proche des Frères musulmans à la tête du gouvernement. Ce dernier impose des mesures allant bien au-delà du «fait religieux»: Les femmes n’ont plus le droit de travailler et sont contraintes de porter le niqab ; les homosexuels sont licenciés ; les ennemis du régime pourchassés… Malgré un retour au calme, les arrestations se multiplient. C’est la liberté qu’on muselle. La Russie s’interroge d’autant que ses services secrets ont déjà « déjoué » un faux attentat sur le sol français. La population est dévastée et tente de réagir. Le Kremlin soutient Claire Dubreuil et Fatima Benshaïb qui, bravant tout danger, seront les premières à mettre en place, l’opération Borodine, dont la finalité est de redonner vie au peuple français. Mais n’est-ce pas trop périlleux ?

À l’heure où l’on fête le centenaire de la révolution d’Octobre, l’auteur nous fait découvrir une Russie insoupçonnée et les liens d’amitié qui l’unissent à la France.

Extraits

1- La chaîne de télévision RTR présente le flash de treize heures. Choquée, la  présentatrice parle d’un attentat à Paris, le plus odieux qu’il soit possible  d’imaginer. Ses lèvres tremblent. Elle dit qu’étant mère, il lui est impossible de continuer. Un collègue la remplace sur-le-champ: «Cela vient de se passer à Paris. Cinq enfants d’une école maternelle du 7e arrondissement ont été décapités par les membres de l’organisation Ouroub al Islamioun annonce le présentateur. Les terroristes menacent de tuer un enfant toutes les heures si le président n’exécute pas l’ultimatum. L’organisation a publié sur son site la vidéo du massacre et la photo des têtes coupées gisant dans une mare de sang »

2- Franchement, les filles, vous vous voyez là-dessous ? fait-elle en jetant le niqab à la poubelle.
Insoumise, elle ajoute : On devrait aller les brûler sur les Champs-Élysées.
Son idée séduit les jumelles qui l’aident à rassembler cinq cents filles en moins de deux heures et à peindre une dizaine de banderoles. À quinze heures, vêtues du niqab noir réglementaire, les militantes défilent au beau milieu de l’avenue des Champs-Élysées pour défendre leurs droits. En chœur, elles scandent : « Je suis chrétienne, musulmane, juive, athée, bouddhiste, peu m’importe, car ma seule religion est la liberté », phrase reprise sur leurs banderoles.

Les rares automobilistes ralentissent pour les laisser passer. Au croisement de l’avenue George V, alors que la chanson « This is a man’s world » jaillit d’une sono, elles s’arrêtent, tendent les bras à l’horizontale en signe de croix et retirent d’un coup leur hijab. Une chorégraphie originale et rythmée qu’applaudissent les passants. Quand tous les niqabs jonchent le sol, elles les piétinent rageusement puis forment un immense tas auquel elles mettent le feu. Les niqabs s’embrasent. Elles dansent devant les flammes en
chantant sur la même mélodie : «
Ma religion est ma liberté. Ce monde ne serait rien sans les femmes. Nous combattrons avec force toutes les formes d’asservissement ».

Des hommes sortent des voitures pour les prendre en photos, freinant ainsi l’arrivée des forces de l’ordre. Certaines ont juste le temps de disparaître dans le métro – la seule ligne qui fonctionne –, d’autres sont sauvées par des riverains. Cinquante sont malheureusement coincées entre l’incendie des niqabs qui n’en finissent pas de brûler et les policiers qui s’avancent et frappent, parfois tellement fort que les victimes, couvertes de sang et d’ecchymoses, restent à terre.

3- Du côté de la DGSE, le groupe compte deux membres : l’incontournable colonel Arnaud Monnet et un personnage amusant, Laurent de Boulois, frère de Pauline et oncle de la petite Louise.
Pour les armées, trois marins ont répondu à l’appel du Kremlin : les amiraux Dutilleux, Duchemin et Pradel. L’amiral Dutilleux, en charge du pays pendant l’état de siège, commande désormais la base de Toulon depuis qu’Al Misri l’a éloigné de Paris ; l’amiral Duchemin, celle de Brest ; quant à l’amiral Pradel, il participe à toutes les réunions au sommet de la hiérarchie militaire en qualité de
chef d’état-major de la marine. Ces trois amiraux
s’apprécient et partagent un passé de pilote de chasse de l’Aéronavale qui en ont fait des hommes audacieux, voire téméraires. Enfin, les généraux de Langlas et Sorgues, respectivement chef d’état-major de l’armée de l’air et chef d’état-major de l’armée de terre complètent le tableau.
— Comment allons-nous appeler notre groupe ? demande l’amiral Duchemin.
— On a pensé que le «
Caméléon » sonnait bien et n’était pas connoté russe, propose Dimitri.
— Oui, c’est assez passe-partout, remarque Dutilleux. Ça me plaît.
Les autres ne trouvent rien à redire. « Le
Caméléon est acté ». L’expression signifiera l’organisation, le lieu et les membres.

Commentaires: L’Auteur, Julie Armen, nous a envoyé un exemplaire pour lecture. Voici les réactions de 2 lecteurs:

Didier de Fanny: Une histoire en noir et blanc à la Cartier-Bresson…Des vérités cachées qui se démasquent rapidement…Une ambiance étrange, comme le calme avant la tempête, bâtie sur bien des contrastes rendus crûment! Des enjeux tant géopolitiques que nationaux, des bassesses humaines et ses cohortes de trahisons, des personnages dont on sait qu’ils ne seront jamais de nos amis, d’autres qui nous sont sympathiques, d’emblée, une république totalement infiltrée par l’Islam…

Claire, le héros va nous dresser une peinture émouvante et accablante contre son propre pays et donc contre nos propres ressortissants jusqu’au plus haut sommet…Elle nous fait pénétrer dans les arcanes majeures…La tempête est annoncée…

Dès lors, la peur s’installe chez le Français lambda qui ne comprend pas ce qui lui arrive, tant l’auteure a la capacité de le piéger dans son roman! Un piège où il tombe sous une écriture précise et chirurgicale, sans aucune concession à une fiction qui dépassera ou non la réalité!

Nous sommes plongés, photographiquement parlant, dans un état de stupeur ! La réalité dépassera-t-elle bientôt la fiction ? Les faits géopolitiques, d’alliances se faisant et se défaisant ne sont-ils qu’imaginaires ?La pression ne mollit pas ; l’ambiance délétère montante est très bien construite, amenée avec une grande finesse vers une réalité virtuelle ou d’actualité…Qui le sait ?Tous les problèmes liés à l’immigration, à l’islamisation sont disséqués sans complaisance et sans affichage vulgaire.

Finalement, nous ne sommes pas plongés dans la lecture d’un roman, tel que nous pouvons l’entendre habituellement, mais bien immergés dans une œuvre brûlante de cette actualité, où foisonnent tant de faits et de détails qui ne peuvent être inventés !
Il existe bien quelques petites longueurs, mais disons qu’elles ne nuisent pas à la haute tenue d’ensemble !
Les acteurs sont habilement dessinés, et c’est un beau tour de force que de réaliser un ouvrage où la complexité des enjeux est démêlée et vulgarisée dans un langage simple, de bon aloi et accessible à tous !
Le lecteur n’est jamais ni perdu ni noyé ; seule l’intrigue le guide avec précision jusqu’au bout, sans faiblir! L’Opération Borodyne est là ! Elle est magistrale !

Nul doute que l’auteure se soit largement inspiré de sa propre expérience ainsi que des traîtres accords de l’OCI (Organisation de Coopération Islamique septembre 69) et de l’ISESCO (Organisation Islamique de Stratégie: mai 79)

Un ouvrage remarquable que tout Français se doit d’avoir en bibliothèque!

Réseau Libre: Alors que « Guérilla » d’Obertone décrit une France en proie aux troubles orchestrés par les musulmans, allant jusqu’à l’anarchie complète, « Opération Borodine » présente une France calme, soumise à un gouvernement complice qui organise un faux attentat ignoble pour mettre en place un gouvernement musulman. Une aide extérieure sous une forme surprenante permettra de sauver certains des français n’acceptant pas de vivre sous le joug musulman. Ecrit dans un style direct, facile à lire, ce roman doit rester… un roman et ne doit pas nous faire rêver à une telle situation: Les français ne pourront compter que sur eux pour contrer la chute du pays. Mais on aimerait sans doute y croire… A ce titre, « Operation Borodine » est à lire!

Vous pouvez acheter « Opération Borodine, la 23-eme République » en format electronique (epub) ou papier en cliquant ici.

6+

1 Commentaire

  1. L’une des deux héroïnes s’appelle Fatima Benshaïb. Cela laisse supposer qu’il y a de « bons » musulmans bien intégrés. Franchement ça ne me donne pas envie de lire le bouquin.

    0

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié apres contrôle.