Pour changer du rap

Note: Il est désormais nécessaire d’être enregistré sur « Réseau Libre » pour pouvoir commenter nos articles. Pour savoir pourquoi, cliquez ici!

Le Chant des Partisans

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu´on enchaîne?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c´est l´alarme.
Ce soir l´ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades!
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.

Ohé, les tueurs à la balle ou au couteau, tuez vite!
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite…

C´est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève…

Ici chacun sait ce qu´il veut, ce qu´il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l´ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Chantez, compagnons, dans la nuit la liberté nous écoute…

Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaine ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?

55+

Les utilisateurs qui ont aimé cet article :

  • Merlin
  • avatar
  • lydia
  • avatar

36 Commentaires

  1. Vous savez le rap a la base n’est pas une musique de racaille, mais un mouvement contestataire qui dérange le pouvoir en place, qui vient des quartiers populaires donc oui c’est colore.
    Il y a une conspiration contre le rap, tous ces pseudo artistes qui ont une étiquette rappeur et qui font l’apologie de la violence ne le sont pas en réalité.
    Forcement « les vrais rappeurs » ont été utilise au début pour rendre cette culture populaire, notamment IAM et NTM qui ont été instrumentalise par la suite pour donner naissance a cette daube qui fait en réalité le jeux du système et qui étouffe le vrai RAP qui pose problème au système.
    Les insoumis donc ceux qui représentent réellement le RAP, et qui n’ont jamais retourner leurs veste vous n’entendrez jamais parlez d’eux, surtout si vous haïssez ce faux RAP du système et il y a de quoi le haïr.

    Donc en gros vous avez les faux rappeurs qui sont l’arme du système en place :
    https://www.youtube.com/watch?v=Zpro0xSFuyk

    Et voila du vrai RAP faites l’effort de l’écouter en entier vous en avez pour 10 minutes
    https://www.youtube.com/watch?v=FoNCBJuxVdo
    https://www.youtube.com/watch?v=69Wh8qBke6M
    https://www.youtube.com/watch?v=Xf3jgV_wV3c

    0

    • A part quelques bonnes gens du voyage, un gnoule ou deux, RAS…Je me penche sur la question, consultant mes boules de cristal et de ma baguette hyper magique, je fais jaillir mon MP VZ26 (Mitraillette à putes) et on se retrouve! On va au RD en suivant! LOL!

      0

  2. Comme j’ai eu un « bug » et n’ai pas retrouvé mon comm’ je le remets :
    https://ripostelaique.com/seule-la-mise-en-place-des-principes-israeliens-peut-encore-sauver-la-france.html
    Je suis assez d’accord avec et article, indépendamment de ce que l’on peut penser de la fondation d’Israël. Leur principe de opiniâtre de survie est un exemple légitime pour nous. Petit bémol à Netanyahu : qu’il dise au Crif d’aller se faire voire ailleurs! d’un autre côté, la résistance palestinienne devrait nous inspirer par sa persistance. Comme quoi, Notre intérêt doit faire flèche de tout bois! ;-)

    0

  3. Qu’importe que ce chant fut celui des toujours traîtes communistes!
    Aujourd’hui, il est le seul avec La Marseillaise (aux tristes relents de la maudite révolution), Le Chant du Départ, à pouvoir rallier les Patriotes!
    Nous ne sommes plus à ces époques dépassées; reconnaissons donc leur beauté comme l’on peut reconnaître la beauté d’une femme, est-elle notre pire ennemi!
    Jean Ferrat, à l’immense talent ne fut-il pas un communiste?
    Tout comme Reggiani, un porteur de valise?
    Etc, etc…
    Aujourd’hui, la jeunesse inculte s’adonne au rap; les chants précités à la Patrie!
    Ne pas oublier est une chose, rejeter en est une autre!

    2+

    Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

    • avatar
    • Cher Merlin,

      je persiste à dire que ceux qui ont adopté ce chant ne sont ni responsables ni coupables de rien, mais pour autant,il ne faut pas être dupes.

      J’ai un souvenir aigu de la Libération, le 8 mai 1945. C’est un jour que je n’oublierai jamais. Dans le Roussillon, ce fut une journée radieuse,avec un soleil resplendissant. et un ciel d’un bleu rare, car les conditions météo qui donnent ce bleu sont rarement réunies : une température encore fraîche à l’ombre, un air très pur, assez sec, et pas de vent. Dans l’école que je fréquentais, sur la hauteur du Palais des Rois de Majorque, vers 15 h, on nous a fait sortir dans la cour, et on nous a alignés le long de la murette de maçonnerie en pierre qui ceinturait notre cour. L’école était située tout en haut de son chemin d’accès, non loin du Palais, et côté sud-ouest, (donc face au Canigou) la murette surplombait les pentes qui dévalaient vers la ville. De là, on pouvait contempler la capitale du Roussillon à nos pieds, étalée dans le piémont du Canigou. En ce début de mai, cette montagne de légende dominait la scène de toute sa majesté, soulignée la splendeur de sa magnifique couronne de neige, encore épaisse à cette saison. Tant que j’aurai un souffle de vie, ce grandiose paysage restera indélébile dans mémoire.

      Le feu d’artifice géant commença. La Mairie avait décidé et organisé un prodigieux feu d’artifice à ce moment-là. Nous les gosses, on s’émerveillait à chaque bouquet de fleurs de feu qui s’épanouissaient, bien plus haut que nous ; ces salves de lumière étaient si puissantes qu’elles faisaient pâlir le soleil. L’océan de ces éphémères fleurs géantes couvrait la totalité de la ville, embrassant tout l’horizon jusqu’au pied du Canigou, qui reflétait le bleu du ciel. Les fusées arboraient toutes les couleurs et toutes leurs nuances, du bleu profond à l’orange éclatant en passant par tous les verts et les roses, ainsi que toute la palette des violets, de la couleur lilas au violet d’arc-en-ciel. La féérie ne s’arrêtait jamais, les fleurs à peine épanouies retombaient aussitôt en gracieuses volutes, comme les bras des méduses ; elles s’étageaient en plusieurs couches superposées, au point qu’à des moments, elles masquaient une bonne partie de notre si belle montagne ! A chaque nouvelle floraison inattendue, nous, les gosses, on criait  »ooooh ! …. aaaah ! », on s’extasiait dans notre innocence…….

      Un feu d’artifice à cette échelle, dans ce cadre à la beauté surhumaine, ne peut pas être vu deux fois dans une vie. Je pense qu’il a duré plus d’une heure, car lorsqu’il s’est terminé, nous ne sommes pas retournés en classe, on nous a distribué un goûter, et nos parents sont revenus nous chercher pour retourner à la maison. Je me souviens que le soir, personne ne parlait, ce feu d’artifice semblait avoir sonné les gens ; tout le monde était comme écrasé par l’événement.

      Je me souviens aussi des jours suivants. A la radio,partout, du matin au soir, on entendait partout le chant des partisans. Il n’y avait rien d’autre, pas d’informations, pas de de musique, rien que ce refrain obsédant entrecoupé de brefs silences, avec ces voix mâles qui faisaient vibrer le bois des radios.

      J’ai tenu à écrire ce texte pour rappeler que ce chant, pour beaucoup de français, résonnait comme un prélude funèbre car il annonçait leur condamnation à mort prochaine. Entre 1945 et 1947, les  »fifi » des maquis communistes ont exécuté sans jugement, souvent dans des bois loin de tout, environ 110_000 personnes parmi lesquelles beaucoup n’avaient rien à se reprocher. Ce furent les fameux  »règlements de compte » de cette triste période. Les procès n’étaient que simulacres : pas d’avocat ; débats qui se résumaient à la lecture d’actes d’accusation tout prêts ; enfin lecture des sentences, qui étaient exécutées sur-le-champ. Les communistes tenaient à aller le plus vite possible car ils savaient bien que ces exactions ne dureraient pas longtemps, donc il n’y avait aucun temps à perdre. Une proportion importante de ces exécutions ont tué des personnes coupables d’être des ennemis de classe, et non des collaborateurs patentés. Il suffisait d’être bourgeois avec pignon sur rue, marié à une belle femme, pour se faire éliminer sous la fausse accusation trop facile de  »collaboration », pour se retrouver, dans la semaine, criblé d’une rafale de mitraillette dans un de ces maquis, ou pendu à une branche en pleine forêt, funèbre témoin du  »procès » qui s’était déroulé là. Ni la fortune du malheureux ni son épouse n’étaient perdus pour tout le monde. ..A mes yeux, ces crimes ont quelque peu terni ce beau chant, beau essentiellement par sa musique, bien plus que par ses paroles, trop marquées au sceau de la lutte des classes.

      Notre musique militaire est suffisamment riche en chants comme en musique instrumentale pour qu’on puisse observer une réserve polie en écoutant ce chant des partisans. Vous le reconnaissez, Merlin,c’est un chant de ralliement pour communistes, et vous nous dites que peu importe. Veuilles accepter que pour d’autres, cette tache ait quand même une certaine importance. Je préfère écouter des chants dont les paroles s’accordent bien à la musique et aux circonstances qui les ont inspirés. Quelqu’un a cité  »le chant du départ ». Eh bien, dans celui-là, il y a le mot  »France » sans sous-entendu gênant.

       »’tremblez, ennemis de la France ! »

      Certes, ce Chant du Départ, de Méhul, se réclame du mot  »République ». Mais pour beaucpuo de français, ce mot signifiait simplement  »liberté »,  »émancipation »’,  »liberté d’expression’ écrite et parlée, tout le contraire de l’arbitraire dont la royauté finissante avait trop abusé (la répression de la révolte fiscale sous la Régence fut d’une cruauté sans nom, avec assassinats de masse impardonnables). Donc le passage suivant du Chant du Départ ne me choque pas :

       »La République nous appelle,
      Sachons vaincre ou sachons mourir
      Un français doit vivre pour elle
      Pour elle un français doit mourir »

      Tout ça est au premier degré, pas l’ombre d’un sous-entendu, ainsi nous voyons dans ce chant plusieurs occurrences des mots  »France » et  »Français », qu’il faut sans hésiter prendre au premier degré.

      La liberté des communistes, on connaît, c’est pour eux un miroir aux alouettes. Les soviétiques et les terroristes de 1793 nous ont assez montré toute l’ambiguïté de ces mots quand ils sont prononcés par des marxistes !
      Cette lourde ambiguïté imprègne, que vous le vouliez ou non, toutes les paroles de ce chant des partisans. La Liberté et la République selon les communistes sont synonymes de Goulag, de Lloubianka, de Katyn, de dékoulakisation. Dans ce chant des partisans, la plupart des libertés fondamentales fièrement clamées par les authentiques révolutionnaires de 1789-1799 sont totalement absentes……

      0

      • Mon cher TERMINOTAURE, je pense globalement comme vous, à la grande différence d’avec votre vécu qui n’est pas le mien car n’ayant pas connu cette époque! Vous commencez à me saisir, depuis le temps et vous savez donc que je ne louvoie jamais. Ceci, pour vous dire que vos 2 articles sont forts bien écrits et que je les tiens en considération!
        Vous disséquez beaucoup les faits, les choses, les écrits; sans doute parfois, un peu trop…Mais, ici, personne ne vous reprochera les connaissance importantes et judicieuses que vous y apportez.

        Je vis donc au moment présent, reléguant toute ambiguïté démontrée par vos écrits au placard, ne voulant conserver que la beauté qui se doit dans le Patriotisme.
        Amicalement

        0

  4. Je suis désolé et je voudrais ne choquer personne. Je comprends très bien la nostalgie exprimée par de nombreux membres de RL et je la respecte. Au nom de la liberté d’expression, et conscient que cela me vaudra chez certains de l’antipathie, je me permets de faire entendre un autre son de cloche. Je ne répondrai pas à ces antipathies par de l’antipathie, parce que j’en connais la cause,. J’espère, en toute modestie, que ce qui suit fera comprendre à certains que rien n’est simple. Je le répète, je n’en voudrai à personne.

    Ce chant des partisans est doté, indéniablement, d’une belle musique, toutefois l’air est court et n’encadre pas d’autres mélodies que lui-même, répété indéfiniment. L’inspiration, prometteuse, a été comme sciée au départ.

    Les paroles c’est bien autre chose. Elles ont été composées par Paul Eluard, le seul poète français de quelque talent qui se soit engagé jusqu’au cou pour les communistes.

    De fait, en 1945, le communisme a pris le pouvoir en France et son enfant de malheur le socialisme a pris la France à la gorge et ne l’a jamais lâchée depuis.

    Or, ce chant des partisans a été essentiellement le chant de reconnaissance entre eux des communistes.

    Relisez bien les paroles : il n’y est question que de mort, de tuer, de saboter, de lutter contre la misère, ce qui n’était pas vraiment le problème à ce moment-là. Que des généralités abstraites où rien ni personne n’est nommé concrètement.

    Remarquez bien ceci : le mot  »France » n’y figure nulle part. Il y est question de libérer  »nos frères » des prisons. Ce qui n’a rien à voir avec  »libérer le pays des envahisseurs ». Les envahisseurs ne sont pas dans les prisons ! n 1943, dans les posons françaises, il n’y avait pratiquement pas d’allemands….

    L’action des nazis n’avait pas pour but d’emprisonner des populations entières, leur but était de gagner les guerres qu’ils avaient entreprises. Au moment (1943) où ces paroles sont composées, il n’y avait en France que très peu de gens dans les prisons, même pas cent mille, quasiment tous français, en revanche il y avait deux millions de nos soldats prisonniers…en Allemagne, pas en France ! c’est ceux-là qu’il fallait libérer de leurs chaînes ! Le sous-entendu des paroles d’Eluard n’avait rien à voir avec ça : il était de sortir les communistes des prisons où, c’est vrai, on en avait emprisonné quelques milliers bien avant l’arrivée de Pétain au pouvoir.
    C’estv àc es prisonniers-là que d’adressent les paroles d’Eluard, sinon à qui d’autre ? nos deux millions de soldats prisonniers n’étaent pas dans des prisons, ils étaient dans des camps de travail, dont les plus célèbres étaient des camps de la mort, copiés sur ceux inventés en 1920 par Djerznsky en Russie.

    Il ne faut pas perdre de vue que les communistes avaient applaudi la victoire de Hitler sur la Pologne et avaient agoni, dans l’Humanité, de Gaulle de toutes les insultes classiques : fourrier des Juifs, domestique des capitalistes apatrides ou anglo-saxons, etc. Ces communistes avaient saboté les armes de nos soldats mobilisés le3 septembre 1939 pour arrêter Hitler dans sa fuite en avant ou l’oblige trop, de septembre 1939 au 24 juin 1940, la France a été seule, ans le camp occidental, à se battre contre Hitler (la Pologne était tombée en un mois…) . Les obus sabotés n’avaient pas le dimension des canons associés, les moteurs des avions de guerre étaient sabotés. Noscanon T47 étaient meilleurs que tous les canons allemands : ils n’ont pas tiré un obus à cause de ces sabotages. Nos avions de combat étaient excellents (l’aviation est née en France, pas en Allemagne, bordel !) ; ils sont restés dans les hangars, alors qu’on en avait….trois mille, dont PAS UN NE S’EST BATTU ! les allemands, suite à l’Occupation, n’ont eu qu’à les cueillir tout neufs ! tous les exploits de Clostermann ont été accomplis sur des avions anglo-américains ! Pour ceux qui ne le connaissent pas, je me permets de recommander le livre de Marc Bloch :  » l’étrange défaite » où tous ces faits accablants sont cités, et déplorés. Car oui, malgré sa saignée à banc de 14-18, la France avait trouvé des forces pour garder une défense qui, bien commandée (au lieu d’être commandée par un général en chef syphilitique depuis au moins quinze ans) et pas sabotée, restait redoutable même pour les soldats allemands bien entraînés. Ces soldats dont l’Huma admirait tant la prestance quand elle dénigrait chaque jour l’initiative de de Gaulle. Le vrai appel du 18 juin, aujourd’hui savamment occulté, nétait pas un appel à la dissidence ni à la division entre français, essentiellement il disait :  »écoutez, je ne peux pas supporter cette défaite, je continue le combat, j’appelle tous ceux qui désirent le continuer à me rejoindre afin que nous boutions l’allemand hors de France ».

    Bref, c’est Paul Reynaud, président du Conseil qui avait déclaré la guerre à Hitler, qui avait fait interdire l’Humanité à cause de la scandaleuse attitude des communistes, qui chantaient les louanges des soldats allemands et de Hitler (relisez l’Humanité du 23 août 1939, une ode à Staline et à Hitler qui venaient de signer entre eux le pacte germano-soviétique ! Courtois l’a montrée aux téléspectateurs dans son émission chez Pivot suite à la sortie de son  »Livre Noir du Communisme ». Notez bien que ce sont les communistes français qui sont allés demander humblement aux autorités allemandes de Paris occupé par la Wehrmacht de les réautoriser à faire paraître l’Humanité ! il fallait le faire ! ils l’ont fait !

    Et quand on étudie l’Histoire avec le recul, calmement, sans parti pris, on constate que la Résistance a eu deux facettes bien distinctes et plutôt ennemies entre elles : ceux qui se sont battus contre les allemands, et ceux qui ont mené en France un tout autre combat, celui de la lutte des classes. Ils se sont servis de l’Occupation humiliante que le  »régime de Vichy  »ne pouvait plus contrôler après la fin 1942 (moment où Hitler, déchirant l’Armistice, envahit la totalité du territoire français) pour se refaire une virginité et se prétendre plus résistants que les vrais, eux qui avaient explicitement écrit que les vaillants soldats allemands, après la terrible défaite française de fin juin 1940, avaient protégé les français de l’odieuse emprise des capitalistes sur la France ! lisez et relisez rien que les extraits de l’Huma clandestine parue avant début juin 1941 (date de l’attaque  »Barberousse » de Hitler contre ses nouveaux amis soviétiques) publiés par Amouroux dans son oeuvre sur l’Occupation, ça n’est pas triste ! de Gaulle y est caricaturé avec un gros nez censé être juif et une étoile de David cousue sur le ventre, des  »journalistes » se demandent où a bien pu passer la viande française ( (sic et resic !)….Eh, Ducon ! Ducommuniste ! la viande française, elle était confisquée à 95 % par les allemands, et partait direct en Allemagne nourrir les braves soldats allemands devant qui les ouvriers communistes français béaient d’admiration sur ordre de Staline et ses relais français !
    L’autre facette de la Résistance, dont on ne parle plus aujourd’hui, ce sont ceux qui se sont vraiment battus contre les allemands, très souvent en y laissant leur vie. Engagés dans tous les combats, ils ont écrit des pages magnifiques d’authentique héroïsme français, comme par exemple les combats surhumains de Bir-Hakeim, sous le commandement de Pierre Messmer, sans lesquels les victoires contre Rommel (El Alamein…) auraient été ou impossibles ou bien plus difficiles et meurtrières. Et tous ces combattants de la Marine de Guerre qui se sont engagés dans des sous-marins, qui n’ont même pas eu droit à un film digne de ce nom ! ces aviateurs de guerre, comme Pierre Clostermann (récemment décédé) qui a abattu à lui seul entre 25 et 33 avions ennemis, selon la façon de les décompter ! (lire et relire  »Le Grand cirque » de Pierre Clostermann. Ce héros de l’aviation de guerre fut élevé par de Gaulle au rang de commandeur de l Légion d’honneur).

    Je regrette de souligner ici que le chant des partisans était celui de la résistance dont les exploits les plus nombreux furent des victoire de certains français contre d’autres français.
    Et au point où j’en suis, je vais plus loin. Ces communistes qui ont pris la France à la gorge en 1946, en se vantant d’avoir été  »de grands résistants », vivaient dans une France occupée, grand maximum, par 300 000 soldats allemands, nombre qui a peu à peu diminué après Stalingrad. Ca faisait en gros 3000 occupants par département. Ce sont les fils et filles spirituels de ces résistants-là qui ont laissé la France d’aujourd’hui se faire envahir par des millions d’ennemis au moins aussi bien armés que les soldats de la Wehrmacht. Remarquez bien que je ne dis pas 7 à 10 millions d’étrangers (musulmans ou pas), je ne compte que ceux, parmi eux, que toutes les statistiques tiennent pout des partisans avérés des djihadistes dits  »radicalisés ». Ils sont deux millions environ, moyenne des estimations. Ce qui fait entre 6 et 8 fois plus que les 300 000 soldats d’occupation de la France entre 1940 et 1944.

    Ces fils spirituels des communistes de la période 1939-1945, aujourd’hui, embrassent un tout autre combat : celui de Herrou, José Bové et de bien d’autre qui appellent à l’invasion sans limite de la France par des étrangers qui, d’après leurs exactions connues et leur mentalité connue, se rapprochent bien plus des nazis de 1940-44 que des résistants de la trempe des Messmer et des Clostermann.

    En fait, ils n’ont pas changé depuis 1939. Comme en 1939, ils sont du côté des envahisseurs anti-occidentaux, et surtout, ils se servent de ces envahisseurs pour leur combat de toujours, celui de la lutte des classes. Ils ont adulé Hitler descendant les Champs-Elysées en 1940 parce qu’il assouvissait leur soif de vengeance sociale. Et de nos jours, ils se servent des envahisseurs du tiers-monde pour assouvir leur soif vengeance sociale en remplaçant leurs électeurs perdus en France par de nouveaux pauvres prêts à tout pour renverser l’ordre social, qu’il vont chercher dans le tiers-monde. A part les hommes qui ne sont pas les mêmes, les buts n’ont pas changé d’un millimètre !

    Je suis désolé pour ceux, qui sont évidemment sincères, qui liront ces lignes alors que pour eux, ce chant des partisans représentait quelque chose de sacré. Je ne les critique pas, ils n’avaient que ça dans cette horrible période, ils se sont bâtis un roman national qui en fait, n’existait que dans leur coeur et dans leur tête. Ceux qui avaient écrit cette musique et ces paroles poursuivaient de tout autres buts, ils ont donc trompé le peuple, exactement comme les socialistes, avec leurs bondieuseries à hurler, le trompent aujourd’hui, pour les mêmes raisons.

    A mes yeux, la vraie Résistance s’est largement couverte de gloire en Italie, à Monte Cassino, en Libye, partout sur les mers, en Egypte, et en France aussi, mais ces combattants-là sont presque tous morts avant de voir la Libération de la France entière en 1945….

    Un dernier mot : sans Eisenhower, la Résistance de France, à elle seule, n’aurait pas permis aux Alliés d’arriver à Berlin presque en même temps que les soviétiques.

    Personne ne contestera la qualité de grand patriote à Saint-Exupéry, l’auteur du Petit Prince. Il s’est battu en héros jusqu’au bout, puisqu’il est mort dans son avion au cours d’un vol.

    Les gaullistes le pressaient de rejoindre la France Libre de de Gaulle, Saint-Edu Midi. Sain-Ex a toujours refusé. A la fin, lassé de ces sollicitations, il a expliqué son refus dans un article paru dans un grand journal du Midi. Voici à peu près la teneur de cet article :

     »Pardon, mon Général, de ne pas vous rejoindre. Je vous promets de vous rejoindre quand vous direz la vérité aux français; Et la vérité, c’est que non, la France ne va pas gagner cette guerre. La France a été lourdement vaincue, et cette guerre, ce sont les américains qui vont la gagner ».

    5+

  5. N avez vous pas compris ?….ne faites pas comme dans les années 30 quand on chantait ,on dansait, on riait, et pendant ce temps là l enemi s armait. …et la ça recommence …et cette fois ci nos enemis ont pratiquement gagnés grâce aux colaborateurs. ..et je vous prédis des village entier ou les gens seront égorgés (cela c est passé il n y a pas si longtemps en Algérie …)…alors ne chantons pas comme le coq sur sont fumier mais armons nous et fermons la ….

    9+

    • Pas d’accord! Les chants patriotiques sont d’une indispensable beauté qui ne peuvent que mettre du beaume aux coeurs des Patriotes qui bouent!
      Je les écoute chaque jour et chaque jour aux sons de La Marseillaise, je suis au garde-à-vous!
      Et celui qui voudrait venir me qualifier de tafiole, qu’il s’y essaie! Je lui donne rendez-vous en MP pour régler la question définitivement.

      2+

      • Cher Merlin,

        d’accord que notre musique militaire est à coup sûr la plus belle du monde.

        Aux célébrations du 11 novembre, jusque dans les années 1966, sur toutes les radios, nous avions droit à un concert exhaustif de musiques militaires. Mon père, fils lui-même d’un ancien dragon qui avait tracé pendant sept ans des pistes au Sahara, s’en régalait toute la journée, il ne fallait surtout pas le déranger. Il avait connu la Légion de très près…..

        Comment ne pas frissonner en écoutant  »Sambre et Meuse », ‘La marche de la Légion »,  »Les gaulois sont dans la plaine »,  »en passant par la Lorraine », …..séparées par diverses versions des sonneries aux morts ? exécutées à la perfection par la Garde Républicaine, notre pépinière nationale de musiciens à l’incomparable talent (tous, sans exception, des premiers prix du conservatoire de Paris). Les vrais trompettistes étaient là et pas ailleurs. Souvent issus de classes sociales modestes, ils n’étaient là que par leur excellence fruit d’un travail acharné. Beaucoup de ces trompettistes, dans leur jeunesse, logés trop modestement pour bénéficier d’une petite salle de musique leur permettant de s’entraîner sans déranger le voisinage, en étaient réduits à jouer dans des caves. Maurice André a très bien raconté ça…. Les vrais trompettistes sont anglais ou français. En Allemagne, ils sont très peu nombreux car ils travaillent sur des instruments châtrés : au lieu de pistons, si difficiles à maîtriser dans l’aigu, où même les virtuoses côtoient le  »canard’ à chaque instant, leurs trompettes sont munies de touches semblables à des touches de saxophone ou de clarinette….de la pure triche ! avec du feutre, du feutre dans des trompettes, quelle horreur ! ils ne risquent donc pas la fausse note, mais quelle différence avec une vraie trompette à pistons ! ce n’est pas avec des trompettes à touches qu’on menacerait les murs de Jéricho !

        Maurice André a connu la célébrité que l’on sait. Il était d’extraction modeste, fils d’une famille de mineurs de fond. Un pur produit de l’Ecole de la Garde républicaine. Sur la fin de sa vie, il avait donné des itw où il expliquait qu’en jouant de la vraie trompette dans l’aigu, l’interprète subit, dans son système respiratoire, de la poitrine aux sinus, des pressions allant jusqu’à 7 ou 8 bars !
        Quiconque aime la trompette ne peut que s’incliner en écoutant ces interprétations parfaites de nos grandes musiques militaires.

        Alors cher Merlin, j’affirme qu’ici comme ailleurs, tout ne se vaut pas.

        Je reviens au Chant du Départ, il contient plusieurs fois les mots  »France » et  »français ».
        Mais il ne contient pas que ces mots, il en contient un autre, dont l’absence dans le  »chant des partisans » est hautement significative : le mot  »peuple ». Un autre mot clé fait défaut dans ce chant des partisans : le mot  »patrie »…..ces omissions ne sont pas le fruit du hasard !

        Dans la Marseillaise, le mot  »patrie » est une clé de voûte.  »enfants de la Patrie », dès la première ligne du chant ! et  »les féroces soldats  » qui viennent  »égorger nos fils et nos compagnes », ça ne vous rappelle rien en ce moment terrible de l’actualité ?

        Dans le Chant du Départ, vous trouvez le mot  »peuple », et pas n’importe comment :

         »Tremblez, ennemis de la France
        [Rois ivre de sang et d’orgueil]
        LE PEUPLE SOUVERAIN S’AVANCE’
        (…) »

        Le peuple français, là-dedans, est qualifié de  »souverain ». Vous êtes mieux placé que moi pour savoir que de nos jours, si vous qualifier de  »souverain » le peuple français sur une radio hypercontrôlée par la bien-pensance comme RMC. vous avez 9 chances sur 10 de recevoir du papier bleu dans le mois qui suit, envoyé par les sempiternelles assoces du Bien, des Droidlomm, et tutti quanti, épaulées naturellement par le choeur des antiracistes de tout poil. Se prétendre membre du peuple français donc souverain, quelle insulte pour tout ce microcosme qui nous a privés, en quarante ans, de la plupart des conquêtes de vraie liberté de notre Révolution de 1789 ! au premier range desquelles, LA LIBERTE d’EXPRESSION, et la LEGITIME DEFENSE, contenue dans la Marseillaise dans le cri  »aux armes citoyens » qui répond à l’évocation de ceux qui viennent  »égorger nos fils et nos compagnes ».

        Dans le chant des partisans, cherchez bien : vous n’y trouverez rigoureusement RIEN qui mobiliserait les pires chiens de garde de l’actuel politiquement correct. Ca fait réfléchir !

        1+

  6. Superbe interprétation du groupe Les Stentors.
    Mention ‘ très bien ‘ aussi pour le clip qui restitue parfaitement l’esprit et la population de l’époque. Tout cela, c’était au temps où la France n’était peuplée que de Français.

    13+

    Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

    • Merlin
  7. Un très beau chant…
    Mais malheureusement nous avons changé d’époque.
    A Sainte Terre, en Gironde, un habitant a été mis en demeure par la Mairie de retirer le drapeau à Croix de Lorraine qu’il avait placé sur le toit de sa maison.
    Ce drapeau était considéré comme un signe ‘ostentatoire’ et susceptible d’offenser certains habitants.
    Evidemment, s’il avait placé un drapeau FLN, la mairie aurait régi positivement.

    13+

  8. Bonjour Papa. Tu es bien fatigué, de part ton grand âge, mais comment ne pas penser, à toi ? Le dur, l’ancien treiziste, qui a toujours était victime, de grains de sable, dans les yeux et rien d’autre ! Qui t’amènerait, à chaque fois, des larmes discrètes quand tu entendais cette magnifique chanson. Elle te rappelait tant de souvenirs …..

    Il est vrai, que je ne dois pas être au courant, maman, avec mon frère, nous interdisait, l’accès au salon, quand, nostalgique, tu l’a mettais de temps en temps en sourdine, sur ton tourne-disques …. Ce que tu continues, à faire de temps en temps …… D’après ton aide médicale. ……

    9+

  9. ecouter les brigantes si vous connaissez faite connaitre
    sinon ecouter foutez le camp la promenade des anglais censurer sur youtube
    et bien d autre en plus ce sont des jolies filles qui chante tres tres bien
    bonne journee
    deja certaine chanson ont depasser un million de vues

    14+

    Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

    • Merlin
    • Bravo pour ce clip magnifique et ces très belles voix. Emouvant! Beaucoup disent que nous ne tirons pas les leçons de l’histoire. Vrai. C’est ce qu’on appelle la mémoire courte. On le constate aujourd’hui. En même temps ça donne beaucoup d’espoir quand on voit l’accélération des événements.

      10+

      Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

      • Merlin
  10. ¸.•°* »˜˜ »*°•.¸.•´¨) ¸.•*¨)
    ღ♪*•.¸¸¸.•*¨(¯`’•.¸()¸.• ’´¯)¨*•.¸¸¸ღ♪*

    ██▓▒▒▒▒████▓▒██▓▒▒██▓▒████▓
    ██▓▒▒▒▒█▓▒█▓▒▒██▓██▓▒▒██▄▓▒
    ██▓▒▒▒▒█▓▒█▓▒▒▒███▓▒▒▒██▀▓▒
    ████▓▒▒████▓▒▒▒▒█▓▒▒▒▒████▓

    ¸.•°* »˜˜ »*°•.¸.•´¨) ¸.•*¨)
    ღ♪*•.¸¸¸.•*¨(¯`’•.¸()¸.• ’´¯)¨*•.¸¸¸ღ♪*
    (¸.•´ (¸.•´ .•´ ¸¸.•¨¯`•.

    4+

Laisser un commentaire