Ford : Merci Poutou

Note: Il est désormais nécessaire d’être enregistré sur « Réseau Libre » pour pouvoir commenter nos articles. Pour savoir pourquoi, cliquez ici!

Merci Poutou, merci Poutou, merci, merci, merciiiii.

Ford vient d’annoncer un plan social pour l’usine de Blanquefort, ça veut dire on ferme !

Les ouvriers peuvent dire merci à Poutou le crasseux gauchiste permanent syndical.

Ben oui, à Détroit ils avaient une usine à fermer en zéropa, je sais c’est mal,  pas social, grosss mallheeeeuuurrr…Ils ont vu quoi ? Un agité gauchiste qui en plus se vante de rouler en Peugeot, ça fait toujours plaisir à l’employeur ! leur cracher à la gueule en permanence.

Résultat, on ferme ! et vous serez tous chômeurs, en plus on s’en fout. Bon, ça ils ne l’ont pas dit,  ils vont y mettre les formes, ne vous inquiètez pas il y aura un repreneur :):)…

Oui M Ford n’est pas gentil, c’est con c’est la vie, c’est comme çà.

Une fois de plus les gauchistes ont créé des miséreux, faut avouer c’est leur objectif, ils aiment tellement les pauvres qu’ils les multiplient.

Poutou le crasseux lui va s’en sortir, c’est un planqué syndical, il doit pas être loin de la retraite sans avoir travaillé. Les cons qui l’ont suivi, ben… le fion va être ramoné…

XR

52+

Les utilisateurs qui ont aimé cet article :

  • avatar
  • avatar
  • avatar
  • avatar
  • avatar

14 Commentaires

  1. L’art majeur des syndicats en France c’est de casser l’outil de travail, puis de mettre cela sur le dos du patronat, et ceci afin de renouveler le vivier composé de cons d’ouvriers et ainsi bénéficier d’un roulement perpétuel pour que quelques privilégiés s’en mettent plein les fouilles et ainsi de suite… Cons d’ouvriers oui, là est la question car depuis Maupassant la mentalité ouvrière n’a guère changé. J’ai suffisamment d’expérience par force d’observation pour me définir comme un con d’ouvrier, quand on me demande ma profession, pour me permettre de qualifier mes semblables comme tels; mais eux ne le voient pas de cette façon !

    7+

    Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

    • avatar
  2. Les syndicats d’aujourd’hui ne sont que des gauchos-islamos, c’est bien connu. Rien à voir avec leurs homologues de par le passé qui, eux se battaient pour le droit des ouvriers ! d’ailleurs à part récolter les cotisations des adhérents qui, les font mener bon train de vie, ils n’en ont rien à foutre du reste, c’est que business et agitation. Regarder Martinez, ce fumier appelait à voter Macron et non FN, et maintenant il entraine ces moutons ouvriers dans la rue contre ce même Macron. Il faut une révolution et comme on le dit tous les jours sur RL, passer par les armes les dirigeants politiques et collabos répertoriés car il le sont et ils peuvent toujours en rire, un jour ils vont comprendre leur douleur.

    10+

    Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

    • lydia
    • avatar
    • avatar
  3. Ce qui frappe dans cette photo: Poutou a certes une main crasseuse mais petite.
    Manifestement, ce n’est pas un manuel. Ce n’est ni un col bleu, ni un col blanc.
    De toute évidence, il est issu de ce que Lénine appelait ‘l’aristocratie ouvrière’.
    Merci à Staline de nous avoir, à l’époque, débarrassé des trotskistes.

    8+

    Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

    • avatar
    • avatar
    • Blanquefort est une ville de socialos de merde avec à la tête un socialaud pro muz qui fait rentrer en masse les gnoules dans sa ville.
      L’usine Ford est gangrénée par les racailles rouges.

      10+

      Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

      • avatar
      • avatar
      • avatar
  4. Comme quoi, même l’exploitation du patronat par les gauchistes a une fin.

    J’attends impatiemment la suite, la fin de l’exploitation de l’Etat par les fonctionnaires pour cause de … faillite.

    11+

    Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

    • avatar
      • Le problème est qu’ils partagent le même vice que la finance internationale, une cupidité extravagante.

        La notion de Bien Commun leur est parfaitement étrangère, ils tirent sur la corde jusqu’au moment où elle casse et là.

        Où que l’on regarde, on tombe toujours sur la même brutalité dans les rapports humains, chacun veut extraire le plus d’argent possible du système en y contribuant le moins possible selon le vieil adage « après moi, le déluge ».

        Cette mentalité de merde met le pays en faillite sans grand espoir de redressement, la conséquence sera un dépeçage organisé de tout ce qui a de la valeur par des individus sans scrupules, il a déjà commencé, par le fait des banquiers, et de la racaille qui pille. Cela n’ira qu’en s’accentuant.

        8+

        Utilisateurs qui ont aimé ce commentaire:

        • avatar
        • avatar

Laisser un commentaire