Nous proposons à nos Membres Actifs un assortiment de livres sélectionnés, au format PDF ou ePub. De nombreux lecteurs gratuits sont disponibles en ligne pour chacun de ces formats.

Pour devenir Membre Actif, cliquez ici.

Si vous êtes Membre Actif, cliquez ici pour accéder à la page avec les liens de téléchargement!

Actuellement disponibles en Librairie

Jean-Marie Le Pen – Mémoires. Fils de la nation
Un nouveau regard sur Le Pen: Le sien.

« Mes grands-parents ne savaient pas lire mais surent donner une vie décente à leurs enfants. Ma paysanne de mère était élégante et fière, mon père, patron pêcheur taciturne, avait navigué pendant la Grande guerre, à treize ans, mousse sur un cap-hornier, ces cathédrales de toile et de bois qui affrontaient les quarantièmes rugissants. A la maison, il n’y avait pas l’eau courante mais on aimait sa famille, son pays et Dieu – et la Bretagne aussi, avec ses îles, ses navires. L’instituteur et le curé nous apprenaient à les chanter ensemble.
En somme, j’étais un petit Breton heureux dans la grande France. Puis vint la Seconde guerre mondiale. Le père est mort, la France était blessée, des curés m’ont dégoûté de Dieu. C’est alors que j’ai découvert la folie des hommes, Paris, l’université, l’Indochine, l’Assemblée nationale, l’Algérie. J’eus une épouse et des filles. La vie s’offrait, tantôt magnifique, tantôt désolante. Le petit Breton avait grandi, la France rapetissé. Pour la relever, j’ai choisi le combat politique. »


« La France, orange mécanique »

Le livre dont le titre fait référence au film « Orange mécanique » de Stanley Kubrick (1971) est basé sur des faits divers de la presse quotidienne régionale et montre l’aggravation de la violence dans la société française dans les années 2000-2010 où l’État français, en comparaison des années 1950 et 1960, quand l’Etat ne remplit plus le devoir de sécurité qui est le sien envers ses citoyens. Laxisme judiciaire et l’immigration massive, une description de la France d’aujourd’hui qui a bien entendu déclenché un scandale dans les merdia bien-pensants.

 

 


 

« Le Grand Remplacement »

« Pouvez-vous développer le concept de Grand Remplacement ?

— Oh, c’est très simple : il y a un peuple et presque d’un seul coup, en une génération, il y a à sa place un ou plusieurs autres peuples. C’est la mise en application dans la réalité de ce qui chez Brecht paraissait une boutade, changer de peuple. Le Grand Remplacement, le changement de peuple, que rend seul possible la Grande Déculturation, est le phénomène le plus considérable de l’histoire de France depuis des siècles, et probablement depuis toujours. »

(Renaud Camus, entretien pour Le Nouvel Observateur)

 


« Demain les barbares »: Hiver 2028, la France affronte une crise financière et politique sans précédent. Retranché dans une capitale bunkerisée devenue un Disneyland pour riches et une destination phare du tourisme sexuel, le Président se débat dans des difficultés insurmontables pendant que le pays est ravagé par le terrorisme islamiste et que des milices attisent les haines identitaires dressant les communautés paupérisées les unes contre les autres.

Longtemps au bord du gouffre, le pays ruiné bascule dans la sauvagerie au moment où son système économique s’effondre. Dans ce chaos qui ramène la France des siècles en arrière, des hommes et des femmes vont essayer de survivre à la violence en prenant les armes ou en tentant de fuir la guerre civile qui ravage le pays.

Ce roman de politique-fiction entre post-apocalypse et survivalisme retrace les trajectoires de ces destins jetés dans le fracas de l’histoire au moment où l’ombre de la barbarie s’étend la France.


Bienvenue Place Beauvau, police : les secrets inavouables d’un quinquennat,

Le « cabinet noir » de l’Elysée pendant le quinquennat Hollande. Bien entendu les merdia socialos ont critiqué ce livre qui montre que Hollande a développé encore plus l’utilisation la machine policière à des fins politiques, pratique mise en place par Sarkozy.

 

 

 


Par l’auteur de « Malika et le saucisson magique » (Disponible ici), voici le nouveau roman de Jean Salain « Requiem pour un poisson rouge », diffusé aux « Editions Réseau Libre ».

L’auteur nous confiait lors de la remise de son manuscrit « Il y a au minimum un motif de plainte par page pour les associations de défense de la racaille. »

Nous déconseillons donc formellement ce roman aux bobos, aux adeptes du politiquement correct et autres crétins, français ou importés, et déclinons toute responsabilité dans les troubles qui pourraient survenir suite à sa lecture.

Quelques commentaires de lecteurs

Un régal. J’adore ce vocabulaire complètement adapté aux lieux et aux situations … MDR ! (Le Gaulois)

C’est du bon Audiard : Bravo ! (Ducky Smogton)

Je dois dire pour ma part GENIAL… Bonne soirée à toutes et à tous… Réseau Libre génial aussi… (Athena)

Disponible pour tous sans abonnement!


585479obertoneguerillacouverturebat

Guérilla: Dans une France proche et obscure, une descente de police dans une cité sensible tourne au drame : un policier pris dans un guet-apens perd son sang-froid et tire aveuglément. La cité s’embrase et tout le pays vacille. De villes en villes, le feu se propage et la République explose. Forces de l’ordre, voyous, terroristes, responsables, journalistes, citoyens, tous sont submergés par le raz-de-marée du chaos. Rapidement, réseaux électriques et hydrauliques tombés, faute d’approvisionnements, d’ordre, de moyens de communication, de transports et de secours, la déferlante gagne la campagne, la société vole en éclats et les villes sont la proie de violences, de pillages et de gigantesques incendies. Des terroristes, dépassés par les troubles, déclenchent des actions de grande ampleur depuis les terres, la mer et le ciel.


Roman précurseur de Jean Raspail, réédité huit fois, « Le camp des Saints » a été publié en 1973. Il décrit les conséquences d’une immigration massive sur la civilisation occidentale, la France en particulier.

Dans le delta du Gange, un million de « miséreux » prennent d’assaut des cargos. Les immigrants voguent alors vers un Occident incapable de leur faire modifier leur route. Les bateaux s’échouent sur la Côte d’Azur, sous l’œil impuissant de pouvoirs publics désarmés face à la veulerie de la population autochtone et l’affaiblissement de l’armée française.


336528_600.png

La mosquée « Notre Dame de Paris ». Publié en Russie en 2005 par Elena Tchoudinova, il aura fallu attendre fin 2009 pour qu’un éditeur en accepte la diffusion en France. En 2048, l’islam a pris les rênes du pouvoir dans l’essentiel des pays de l’Union européenne, rebaptisée Bloc Euro-islamique ou Euroislam. Au debut, une grande Albanie, réunifiée avec le Kosovo, et réislamisée et armée avec des pétrodollars, s’empare de ce qui reste de la Serbie.
Ensuite, le reste de l’Europe tombe, territoire après territoire, aux mains de l’islam comme dans un jeu de Go. En France, des émeutes banlieusardes, précédées d’une période d’immigration massive mal contrôlée et d’une instabilité chronique violente aboutissent à des concessions répétées de la République, qui cède du terrain sous la pression du chantage et d’actions violentes, et en fin de compte il y a une prise de pouvoir par des islamistes wahabites.
Dans cette Europe de cauchemar, seuls deux pays gardent leur indépendance : la Grèce, au prix du paiement d’un lourd tribut annuel, et la Pologne, dernier pays catholique d’Europe, qui a eu la sagesse de s’allier avec la Russie et de quitter l’Union Européenne tant qu’il en était encore temps. La Russie est le dernier représentant du monde libre.


Le suicide français: « La France se couche. La France se meurt.

La France avait pris l’habitude depuis le XVIIe siècle et, plus encore, depuis la Révolution française, d’imposer ses idées, ses foucades mêmes, sa vision du monde et sa langue, à un univers pâmé devant tant de merveilles.

Non seulement elle n’y parvient plus, mais elle se voit contrainte d’ingurgiter des valeurs et des mœurs aux antipodes de ce qu’elle a édifié au fil des siècles.

Nos élites politiques, économiques, administratives, médiatiques, intellectuelles, artistiques, héritières de mai 68, s’en félicitent. Elles somment la France de s’adapter aux nouvelles valeurs.

Éric Zemmour se livre à une analyse sans tabou de ces quarante années qui, depuis la mort du général de Gaulle, ont « défait la France ».


Guillaume Faye démontre que plus que « d’immigration », il faut parler de colonisation massive de peuplement de la part des peuples africains et asiatiques. Ceci, joint à la dénatalité organisée des peuples européens va faire, si rien ne change, que rapidement les Européens seront minoritaires en Europe. Leurs peuples et leur civilisation disparaîtront.

Il démontre que l’Islam entreprend une conquête hostile de la France et de l’Europe, que la délinquance des « jeunes » n’est que la manifestation du début d’une guerre civile ethnique de conquête de territoires, que nous sommes envahis autant par les maternités que par les frontières poreuses.

Tous ces faits sont tabous pour nos dirigeants et nos « intellectuels » qui organisent notre disparition. C’est un événement plus grave que toutes les pestes et les guerres qu’a connues l’Europe.

L’auteur appelle à se préparer à la seule solution valable : la « reconquista ».


La Rabbia e l’Orgoglio a fait sensation en Italie (il fut vendu près d’un million d’exemplaires), comme le fit La Rage et l’Orgueil en France. Dans ce dernier pays, son contenu a hérissé. Après qu’un magazine hebdomadaire a publié des extraits, « le Mouvement Contre le Racisme et l’Amitié Entre les Peuples » (MRAP) a cherché à faire interdire le livre au motif qu’il était «une attaque cinglante islamophobe. » Fallaci déclara [avoir reçu] des menaces de mort. N’étant pas une mauviette, elle menaça de poursuivre le MRAP pour diffamation, mais cela s’est avéré inutile lorsque le juge a autorisé que le livre soit vendu.

Ecrit dans un style chauffé à blanc, La Rage et l’Orgueil rompt un long silence de dix ans que l’auteur s’était imposé, pour donner libre cours à ce qu’elle pense sur l’islam et les musulmans. Alors que Fallaci a une longue expérience de ces sujets (ayant fait sa fameuse interview de l’ayatollah Khomeiny et également écrit Inchallah, un roman sur les troupes italiennes stationnées au Liban en 1983), elle n’a pas la prétention d’être une spécialiste, et ce petit livre le dit très clairement.
Fallaci n’admire pas la civilisation islamique, qu’elle rejette d’un geste large de la main comme ayant laissé »quelques belles mosquées, mais pas de contribution à l’histoire de la pensée » et professant un mépris si profond pour les femmes que leur mort est « sans aucune importance ». Elle voit Oussama Ben Laden non pas comme un extrémiste, mais comme «la manifestation la plus récente » d’une réalité islamique qui date de 1.400 ans. Elle s’inquiète pour l’avenir de la civilisation occidentale («Muezzins à la place d’horloges, tchador et burqa remplaçant les mini-jupes, le lait de chamelle prenant la place du cognac»).


1984, c’est un livre qui est le réceptacle des angoisses légitimes de George Orwell sur les évolutions politiques de la planète, pour le moins instables en 1948. Il part d’un postulat simple : La guerre nucléaire a eu lieu dans les années 50, et des dictatures totalitaires se sont mises en place. On suit l’histoire de Winston Smith au sein d’Océania, obscur fonctionnaire de la propagande, réécrivant continuellement l’histoire officielle. En suivant son histoire, on s’immerge dans ce système totalitaire, oscillant entre national socialisme et communisme stalinien, le tout raconté par une narration froide, mécanique, factuelle, sans émotion, ou si peu. Comme si le narrateur lui même avait subi le poids du regard de Big Brother depuis 30 ans. Un récit implacable.

Les mécanismes de contrôle de la masse décrits sont terrifiants de justesse, leur impact social et sociétal nous remue au plus profond de notre conscience d’être humain, de « citoyen » tellement habitué à la démocratie qu’on a pas conscience de nos privilèges. On arrive finalement pas vraiment à croire que le chimérique projet de résistance de Winston soit possible, tellement la mécanique de contrôle est bien huilée, puis on se met à espérer que, peut être, est-ce possible ?

Le parcours « initiatique » à la vie dans un système totalitaire que nous impose Orwell lors de la lecture de 1984 rend sa fin terriblement juste. Le final est grandiose, incroyablement crédible, une claque monumentale, qui nous laisse un goût amer, le sentiment que nous avons égaré notre libre arbitre, notre liberté.

Car au final, oui, nous sommes convaincus, il n’y a plus de doute. Nous aimons tous Big Brother.


 

La vraie nature de l’islam (Charles Amblont)

Ce que serait un monde islamique.

Essai très documenté à base de l’analyse du coran.

Accrochez-vous

 


Agent opérationnel des services de renseignements extérieurs français, « Aymeric de Bainville » (nom d’emprunt) a voyagé dans de très nombreux pays musulmans, soit de sa propre initiative, soit en mission. Ses « Carnets de voyage » sont une description sans complaisance de la réalité de ces pays

Au début des années 2000, l’auteur a tenté de faire publier Les «Carnets de Voyage» (sous le titre de « Gerbe d’orties »). Aussitôt imprimés, les ouvrages ont été saisis. Ils ont donc été diffusés sur quelques sites internet, qui ont toujours fait l’objet de poursuites judiciaires de la part des autorités françaises. Voici la version intégrale. Attention! Dans un style parfois compliqué, … C’est du lourd!


Dans ce livre visionnaire écrit dès 1932, Aldous Huxley imagine une société qui utiliserait la génétique et le clonage pour le conditionnement et le contrôle des individus.

Dans cette société future, tous les enfants sont conçus dans des éprouvettes. Ils sont génétiquement conditionnés pour appartenir à l’une des 5 catégories de population. De la plus intelligente à la plus stupide: les Alpha (l’élite), les Bétas (les exécutants), les Gammas (les employés subalternes), les Deltas et les Epsilons (destinés aux travaux pénibles).

Le « meilleur des mondes » décrit aussi ce que serait la dictature parfaite: une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves « auraient l’amour de leur servitude »…

 


malika-saucisson-magique

Malika et le saucisson magique

Censuré sur toutes les chaines TV et radio, aucun éditeur n’acceptant de le publier après avoir reçu de sérieuses menaces de sos-racisme et de sa branche armée « Daesh », voici une ré-édition du célèbre roman paru en 2012 « Malika et le saucisson magique ». Bon appétit!

AVERTISSEMENT
Ce feuilleton peut vous faire percevoir une réalité qui vous est insupportable. Consultez l’UMP et tous les partis de gauche en cas des symptômes suivants:

  • Craintes identitaires face à l’immigration de masse-qui-n’existe-pas.
  • Refus de la sacro-sainte discrimination positive qui ne saurait être une discrimination anti-Français (en aucun cas !)
  • Rejet de l’islam en France, parce que l’islam constitue évidemment l’une des racines de notre beau pays depuis au moins… 30 ans avec un apport culturel que tout le monde nous envie (mosquées, abattoirs hallal, burqa etc.)
  • Refus de métissage car le métissage est l’exacte anti-thèse du racisme).
  • Etc.

Parcequ’il faut aussi se détendre… Les intégrales de « Tintin » et « Astérix ».

17+